Parlons romantisation de la maternité

Ça fait plusieurs semaines que je veux écrire cet article pour démystifier ce que l’on nous a toujours dit sur la grossesse, l’allaitement, l’accouchement et la maternité. Ça fait exactement 26 jours que je suis maman et que je n’ai pas le temps. Pas le temps pour quoi? Pour rien.

La grossesse

Je vous ramène dans le temps, au 19 octobre 2019 pour être très précise. C’est le matin où j’ai fait mon test de grossesse. C’est drôle parce que, dans tous les films où la grossesse est prévue, les gens sautent de joie, pleurent de joie, etc. En parlant avec d’autres mamans, je me suis rendu compte que nous avions toutes eu la chienne de notre vie en voyant cette deuxième petite ligne. Du bonheur oui, mais une grosse boule de peur face à tout l’inconnu qui était maintenant devant nous.

Ensuite vient le fameux « faut attendre 3 mois avant de l’annoncer »… cette règle-là m’a vraiment frustrée. Je voulais le crier sur tous les toits! Le rêve de ma vie enfin si vrai! Les gens te disent que c’est juste « au cas où ». Ces mots sont lourds! Parce que les gens finissent jamais la phrase… au cas où tu perdrais le bébé, au cas où le bébé ne serait pas assez fort pour survivre, au cas où tu faisais une fausse couche…Quand tu regardes les statistiques, tu te rends compte que ce au cas où là se produit 1 grossesse sur 6… WHAT?! Oui… ça on ne nous le dit pas. Le premier écho passe, tu pleures devant une image que tu comprends pas vraiment. On te dit que le cœur bat! Ouff soulagement! Le au cas où n’arrivera pas !

Maintenant, ce sont les joies de la grossesse qui commencent. Attache ta tuque parce que les changements qui se produisent sont surprenants! Beaucoup de choses qu’on ne t’avait pas dit! Premièrement, oui tu vas prendre du poids, mais tu vas aussi élargir, littéralement. Tes hanches s’ouvrent pour faciliter la grossesse et l’accouchement. Ta perception de tes organes sexuels change complètement. De un, parce que tu ne peux plus rien voir sous le nombril et, de deux, parce que la grossesse t’a fait un relooking que tu n’avais vraiment pas demandé!

Tu enfles de partout, ton alimentation est intense ou inexistante, même chose pour ton sommeil, même chose pour tes humeurs! Il n’y a aucune demie mesure quand tu es enceinte! Tout le monde te dit combien tu es chanceuse, mais plus la date prévue approche, plus tu réalises que tu n’es pas prête. Le stress commence, le monde se met à tourner vraiment vite.

L’accouchement

La prochaine partie parle de mon accouchement. Âmes sensibles s’abstenir! Si tu dois accoucher bientôt, ne lis pas la suite s’il te plaît!

Le 14 juin a 4:30 am, je sens ma première contraction. Je trouve ça comique. Moi qui étais sure qu’elles devaient être au niveau du ventre, je suis très surprise de les sentir dans le bas du dos. Aucun de mes moyens de gestion de douleur ne fonctionne, je dois improviser! J’avais prévu de rester chez moi le plus longtemps possible pour éviter de ralentir le travail avec le stress de l’hôpital… à 18h, j’ai une contraction plus intense, je m’effondre en pleurs et je demande à mon copain d’aller mettre les trucs dans la voiture, je panique.

Les contractions qui ont suivi m’ont fait crier, m’ont fait sacrer, m’ont fait me tordre dans tous les sens.. à 1:00 am je demande une dose de morphine pour prendre une pause de la douleur… on me crève les eaux juste après. Petite mention spéciale à cette partie: dans tous les films, les femmes perdent leurs eaux et vont à l’hôpital après… je vous annonce que la plupart des femmes doivent se faire crever les eaux! Surprises? Moi je l’étais. Une fois le petit crochet entré, tu entends un petit CRACK et les chutes du Niagara sortent! C’est beaucoup de liquide!

À 2:00 am je ressens le besoin de pousser. Pense au plus gros mal de ventre de ta vie, celui que tu ressentirais si tu avais été constiper depuis 1 semaine et que c’était maintenant que ça devait sortir. Maintenant multiplie par 20 (Tu trouves que je t’explique trop en détails?). Je crie, je pousse, j’ai chaud… j’enlève tout ce qui touche à ma peau, je me défèque dessus, une infirmière doit m’essuyer le derrière.. je me suis complètement désexualisé. Tout mon corps appartient à l’accouchement, je n’ai plus le contrôle.

Dans les films, les poussées durent environ 2 minutes et le bébé sort sans problème, right? J’ai poussé durant deux heures et le bébé ne voulait pas sortir.

Dans les films, on dit aux mamans de bloquer leur air pour pousser plus fort.. J’ai appris que c’était la pire chose à faire et, pourtant, c’est ce que le médecin me demandait de faire avec beaucoup de pression.

Dans les films, toutes les femmes accouchent sur le dos, pourtant c’est une des positions les moins recommandées pour accoucher. C’est quand même comme cela que j’ai poussé…

Le traumatisme

Si le bébé était sorti à ce moment, après 20h de travail à jeun et 2h de poussées, j’aurais été satisfaite et j’aurais même dit que ça avait été une expérience positive. Mais non. Le bébé ne sort pas et on me dit les mots qui m’effrayaient le plus. CÉSARIENNE D’URGENCE.

Le mot “urgence” ici est important. Puisque le bébé commençait à être fatigué, on devait faire vite. On ne m’a pas expliqué grand chose, on m’a plié en deux durant une contraction pour me donner une injection sans m’en avoir parlé avant, on m’a attaché les bras en croix et on a fait descendre un rideau au niveau de mon cou. J’ai tout senti. Pas la douleur, mais j’ai senti la pression de leurs outils me trancher 5 couches de tissu. J’ai senti leurs mains s’insérer pour sortir l’utérus, j’ai senti le bébé quitter mon corps et je les ai entendu ouvrir le placenta et je n’ai pas entendu mon bébé pleurer.

Je ne l’ai pas entendu parce qu’il ne respirait pas. Ils ont du l’amener plus loin et le réanimer en enlevant toutes les sécrétions qui bloquaient les voies d’airs. Pendant qu’ils me recousent, j’entends enfin bébé pleurer. Je le vois du coin de l’épilation avec un masque de respiration sur son visage et ils l’amènent loin de moi, au travers d’une porte. Ça a pris 6 heures avant que je le vois. Les plus longues heures de ma vie.

La maternité

Je vous passe le bout de la pouponnière, des solutés et de toutes les aiguilles dans la peau de mon trésor et vous amène au 18 juin, à notre retour à la maison. On nous dit que nous allons manquer de sommeil, que c’est difficile les premiers jours, mais personne ne nous avait préparés à ça.

Les hormones se mêlent de la partie et tu pleures sans arrêt sans savoir pourquoi. Il pleure, tu pleures. Tu le changes et tu découvres qu’il a les fesses rouges, tu pleures. Tu n’arrives pas à manger et tu t’inquiètes de ta production de lait, tu pleures. Tu as les mamelons en sang, tu veux abandonner l’allaitement, tu pleure. Tu stress de devoir aller en voiture, l’amener dehors à la chaleur, tu n’arrives pas à fermer l’œil parce que les gens ne te parlent que du syndrome de la mort subite du nourrisson.. TU PLEURE.

Personne ne nous avertit des tétées groupées, des poussées de croissance, du nombre véritable de couches à changer. Personne ne nous parle de la pression qu’on ressent d’allaiter. Personne ne parle de ton corps qui ne t’appartient plus.

Donc…

Si c’était à refaire, je le referais 20 fois d’affilée parce que c’est le plus beau cadeau du monde que d’avoir un enfant. Mon texte me sert pas à dissuader personne d’en avoir, au contraire. Je veux simplement qu’on arrête de nous cacher tout ce qu’être une mère implique. Je veux qu’on puisse être préparée à ce qui se place sur notre chemin une fois la deuxième ligne apparue sur le test.

Je veux surtout que les hommes se rendent compte de tout ce que nous traversons. Je suis chanceuse, j’ai un homme qui m’a supporté, aidé et aimé durant tout le processus. Je suis consciente que ce n’est pas le cas pour tout le monde.

Merci d’avoir lu ma montée de lait 🤍

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: