Le jeune au centre du processus d’écriture de son P.I.

À l’école où je travaille, je dois m’occuper, avec l’enseignante ressource et supervisé par la psycho éducatrice, d’écrire les plans d’intervention de tous nos élèves à besoins particuliers. Durant notre première année, nous avons remarqué que peu de gens étaient impliqués dans le processus et que les objectifs n’étaient pas réalistes ou adaptés au niveau de l’élève. Nous avons donc décidé de développer une nouvelle façon de faire. Je vous présente le tout ici, chaque étape que nous avons réalisée lors de la première année d’essai.

1- Prioriser nos apprentissages essentiels pour les 3 matières de base (français, mathématiques, anglais)

Cette étape a probablement été la plus ardue puisqu’il a fallu rencontrer chaque enseignant de chaque matière de base pour “faire le ménage” dans les apprentissages essentiels. Pour nous, ça n’était pas réaliste de s’attendre à ce que nos jeunes développent et maîtrisent chaque point. Nous avons donc priorisé ce que nous voulions que les élèves travaillent avec comme but final de réussir les épreuves ministérielles et de développer une qualité d’écriture, de lecture et de communication orale ainsi que les compétences en mathématiques suffisantes pour le cegep.

Par la suite, nous avons pris la quinzaine de pages restantes et en avons fait une grille de questions dans Google Form. Les enseignants, à la fin de chaque étape/année scolaire doivent remplir le questionnaire en quittant de 1 à 4 chaque savoir essentiel. Chaque niveau et chaque matière avaient leur grille.

2- Les évaluations

La partie des évaluations est très riche en informations et c’est pour cela que nous y avons mis beaucoup de temps et beaucoup de détails!

A- évaluation psycho éducative

À chaque 2 ans, nos élèves à besoins particuliers passent une série de tests psychoéducatifs et cognitifs afin d’avoir le plus d’informations possible sur ses forces et difficultés au niveau académique, de l’estime de soi et leur façon d’apprendre. Toute l’information recueillie est ensuite ajoutée au dossier de l’élève sous forme de résumé.

B- évaluation des apprentissages essentiels

À chaque fin d’année scolaire, les enseignants des a tirées de base de chaque élève à besoins particuliers remplissent la grille des savoirs essentiels en notant de 1 (ne maîtrise pas cette compétence) à 4 (maîtrise complètement cette compétence). Cette grille est remise aux nouveaux enseignants de l’année suivante ainsi qu’à l’équipe de PI pour la comptabilisation.

C- évaluation des fonctions exécutives

La dernière évaluation que l’on fait est au début de l’année scolaire. Nous envoyons une grille d’évaluation aux parents, aux enseignants (toutes les matières) et nous la faisons aussi remplir par l’élève. On questionne sur les fonctions exécutives pour s’assurer que le jeune a tous les outils nécessaires pour réussir à l’école. La gestion a du temps, la prise d’initiative, la persévérance, etc.

3- compilation dans un google sheet

Une fois toutes les informations recueillies, nous les comptabilisons dans une Google Sheet. Nous notons les forces et difficultés de l’évaluation professionnelle, nous notons les savoirs essentiels qui ont reçu la note de 1 ou 2, nous notons les fonctions exécutives qui ont reçu les notes les plus bases et nous notons les difficultés de comportements s’il y a lieu.

Ce document nous sert ensuite de base pour l’écriture du PI et pourra être modifié au cours des années, ce n’est que la première écriture qui est la plus longue. Nous avons bien identifié nos catégories pour faciliter le travail.

4- présentation des résultats aux parents

Afin d’impliquer les parents le plus possible dans le processus, nous présentons les résultats de ces évaluations dans une rencontre préliminaire. Nous invitons les professionnels nécessaires uniquement pour éviter l’effet de foule. Si d’autres tests pourraient être réalisés, nous en parlons aux parents dans cette rencontre. Nous leur expliquons le processus et prenons des décisions plus générales ensemble (récupérations, réalisme des objectifs, capacité de support à la maison, etc).

5- rencontre décisionnelles

C’est maintenant le temps de prendre des décisions par rapport aux compétences que le jeune priorisera durant l’année scolaire! Il n’est pas réaliste de vouloir développer TOUT ce qui est ressorti dans les évaluations, donc nous rencontrons les gens impliqués.

A- avec les enseignants

À la fin de chaque année, les enseignants remplissent la grille des savoirs essentiels et les remettent aux futurs enseignants. Dans les premières semaines de l’année, ils doivent choisir 3 savoirs essentiels par aire de compétence (écriture, lecture, communication orale par exemple) sur lesquels il aimerait que le jeune travaille ÉVENTUELLEMENT. Ces savoirs essentiels sont donc ajoutés dans le document de compilation comme étant les priorités d’apprentissages.

B- avec le jeune

Le jeune est ensuite rencontré par l’enseignante ressource et la technicienne en éducation spécialisée (c’est moi ça!) et elles lui présentent les différents résultats de manière générale. il doit ensuite choisir parmi les objectifs priorisés par les enseignants. Il choisit un objectif par matière pour un total de 3 objectifs académiques. Il choisit ensuite 1 objectif de fonction exécutive et/ou un comportemental.

Une discussion sur les différents moyens d’atteindre ces objectifs doit aussi avoir lieu dans cette rencontre. Est-ce que le jeune aime mieux avoir du temps de ressource avec nous (et durant quelle matière secondaire peut-il se le permettre?), aller en récupération, avoir une aide en classe, un pair aidant, des programmes?

Nous lui présentons ensuite les mesures d’accommodation auxquels il a droit selon l’évaluation professionnelle. Nous lui remettons une petite feuille aide-mémoire pour qu’il puisse s’assurer de lui-même que celles-ci sont respectées par les enseignants de toutes les matières.

6- écriture du PI

Nous pouvons maintenant écrire le PI avec les objectifs choisis par l’élève parmi la banque de savoirs priorisés par les enseignants. On révise le tout avec les professionnels pour s’assurer de leur implication dans les moyens et accommodations et on fait signer le tout.

7- présentation au parent par le jeune

Une dernière rencontre avec les parents et le jeune a lieu pour présenter le plan pour la première étape mais aussi pour présenter la suite des choses une fois que les savoirs sont maîtrisés. On s’évite ainsi des rencontres non nécessaires.

8- application et révision

Au fil de l’année, les enseignants et les professionnels gardent des traces dans le dossier de levé de chaque récupération, temps de ressource et ateliers donnés au jeune pour chaque objectif à travailler. Cela nous permet d’éviter de donner trop de temps à un ou pas assez à d’autres.

Une fois un savoir maîtrisé, une courte rencontre avec le jeune a lieu pour choisir un nouveau savoir et aussi pour célébrer l’atteinte de son objectif.

Donc..

Cela peut paraître comme étant beaucoup de travail, mais ça n’est que la première année qui l’est puisque nous avons dû créer tous les documents, grille, etc. À chaque année depuis, nous n’avons qu’à repartir de ce qui a été fait l’année précédente et d’ajuster.

Maintenant, nos jeunes connaissent leur PI par cœur, savent ce qui leur est dû comme accommodations, célèbrent leurs succès et prennent beaucoup plus de place dans leur cheminement!

Si vous avez des questions par rapport aux documents utilisés you notre processus, vous pouvez communiquer avec moi via creatheure.educative@gmail.com

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: